Les femmes et la technologie: ouvrir des perspectives et stimuler le développement international

geena-davis-blogLe 17 novembre, Geena Davis, Emissaire spéciale de l’UIT pour les femmes et les jeunes filles dans le secteur des TIC, a prononcé un discours devant la Commission des affaires étrangères sur le thème “Les femmes et la technologie: ouvrir des perspectives et stimuler le développement international“, dans lequel elle a insisté sur l’importance de l’égalité entre les hommes et les femmes en matière de technologies.

J’ai passé la plus grande partie de ma vie d’adulte à défendre la cause des femmes et des jeunes filles en différentes qualités: en tant que membre du Conseil d’administration de la Women’s Sports Foundation, en tant que Présidente de la Commission de Californie sur le statut des femmes, en tant que partenaire d’ONU-Femmes et en tant qu’Emissaire spéciale de l’UIT pour les femmes et les jeunes filles dans le secteur des TIC. C’est parce que l’autonomisation des femmes et des jeunes filles est une question qui me tient particulièrement à coeur que j’ai fondé le Geena Davies Institute on Gender in Media, qui étudie la question de la parité dans les programmes destinés aux enfants, afin d’aider les femmes et les jeunes filles à se faire entendre et représenter partout dans le monde.

Mon Institut a pour devise “Ce qu’elles peuvent voir, elles peuvent le devenir”. En effet, les femmes et les jeunes filles chercheront à se former pour mener des carrières dans les domaines des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques si elles peuvent voir que d’autres femmes l’ont fait avant elles, leur donnant ainsi un exemple à suivre. La quasi-absence, dans le monde réel, de modèles féminins poursuivant des carrières technologiques signifie que les divertissements destinés aux enfants, doivent impérativement mettre en scène des personnages de fiction travaillant dans ce domaine.

Ainsi, l’étude que nous avons menée en 2014 dans 11 pays sur les professions exercées par les personnages féminins dans les films familiaux, les programmes diffusés en prime time et les émissions télévisées pour enfants, montre que les femmes et les jeunes filles y exercent rarement un métier dans les domaines des sciences, de la technologie, de l’ingénierie ou des mathématiques. On a recensé près de 6 000 personnages ayant au moins une réplique dans des films familiaux, et dans 84% des cas, les emplois en rapport avec ces disciplines étaient occupés par des hommes, soit un ratio de cinq personnages masculins ayant ce type d’emploi pour un personnage féminin. Dans les films destinés à un public familial, aucune femme n’incarne un dirigeant ou un codirigeant d’entreprise dans ce secteur et à la télévision ces rôles sont joués par des hommes dans 79% des cas et, donc, par des femmes dans 21% des cas.

Ce déséquilibre flagrant entre les sexes dans les programmes destinés aux enfants est d’autant plus grave que les images vues à la télévision ou dans les films peuvent avoir une influence considérable sur la perception que les différentes cultures ont de la valeur des femmes et des jeunes filles ainsi que sur les normes sociales qui sont mises en place. L’amélioration de la représentation des femmes, peut être l’élément déclencheur qui renforcera l’autonomisation des femmes et des jeunes filles et accroîtra leur rôle dans le secteur des technologies.

Nous pouvons faire en sorte que les femmes et les jeunes filles participent pleinement à l’essor du numérique et aient leur mot à dire dans l’élaboration du programme correspondant à l’Objectif de développement durable 5, à savoir “Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les jeunes filles”. L’accès aux technologies numériques sera essentiel pour atteindre cet objectif et donnera aux femmes les moyens de se former et d’éduquer leurs enfants, d’améliorer leur état de santé et celui de leur famille et de leur entourage, de créer leurs propres entreprises et d’innover pour se bâtir un avenir correspondant à leurs attentes.

Pour ce faire, il nous faut relever plusieurs défis majeurs.

Nous devons combler le fossé numérique qui sépare les hommes des femmes. Les chiffres indiquent que plus de 1,7 milliard de femmes ne possèdent pas de téléphone mobile et que, fin 2013, le nombre de femmes connectées dans le monde était inférieur de 200 millions au nombre d’hommes connectés. Il est essentiel de veiller à ce que les femmes et les jeunes filles ne soient pas marginalisées et aient les mêmes possibilités que les hommes et les jeunes garçons partout dans le monde, en particulier en matière d’accès à l’Internet. La technologie peut contribuer pour beaucoup à transformer la vie des femmes et des jeunes filles, qui peuvent choisir des carrières scientifiques ou techniques ou accéder à des services comme la cybersanté, la cyberéducation, le commerce en ligne ou les services bancaires en ligne, ou à d’autres applications et outils qui peuvent les aider à résoudre des problèmes de la vie quotidienne.

Nous devons instaurer l’égalité des chances. Les femmes représentent seulement 18% des titulaires d’une licence en informatique aux Etats-Unis et seulement 30% des professionnels du secteur des TIC en Europe. La situation doit changer, et ce d’autant plus si l’on considère que d’ici à 2020, au moins 2 millions de postes ne pourront être pourvus à l’échelle mondiale dans le secteur des TIC faute de compétences. Il est essentiel d’encourager les femmes et les jeunes filles à choisir des carrières technologiques afin de réduire les inégalités économiques entre les hommes et les femmes. Par ailleurs, des études ont établi que les entreprises dans lesquelles les postes de direction ou de membre du conseil d’administration étaient équitablement répartis entre hommes et femmes ont de meilleurs résultats financiers.

Je veux vivre dans un monde où on accorde aux femmes et aux jeunes filles la même valeur qu’aux hommes et aux jeunes garçons et où ces femmes et ces jeunes filles sont libres de suivre et de réaliser leurs rêves, un monde où tous les enfants ont les mêmes possibilités et les mêmes chances que mes enfants. Et nous avons tout intérêt à créer ce monde.

Cet article est tiré du discours prononcé par Geena Davis devant la Commission des affaires étrangères lors de l’audition publique sur le thème “Les femmes et la technologie: accroître les possibilités et stimuler le développement international”. Ce discours est disponible en intégralité ici.

Geena Davis

geena-davis-headshot2014Lauréate d’un Academy Award et d’un Golden Globe, Geena Davis est l’une des actrices hollywoodiennes les plus réputées et a joué plusieurs rôles devenus cultes. Egalement sportive de haut niveau (elle a en effet fini par le passé à la 13ème place du championnat national de tir à l’arc) et membre de la société Mensa, regroupant des personnes ayant un QI très élevé, Geena Davis est reconnue presque autant pour le combat sans relâche qu’elle mène en faveur de la cause des femmes et des jeunes filles que pour sa carrière d’actrice. Elle est la fondatrice de l’organisation à but non lucratif “Geena Davis Institute on Gender in Media(@GIDGM), qui incite les scénaristes du cinéma et de la télévision à augmenter considérablement la proportion de personnages féminins – et à lutter ainsi contre les stéréotypes liés au genre – dans les programmes destinés aux enfants jusqu’à 11 ans.

Geena Davis est Présidente de la “California Commission on the Status of Women”, Emissaire spéciale de l’UIT pour les femmes et les jeunes filles dans le secteur des TIC et partenaire officielle d’ONU‑Femmes; elle oeuvre en vue d’atteindre l’objectif commun à ces instances qui est de promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes partout dans le monde. Elle est titulaire de diplômes honorifiques. L’Université de Boston, le Bates College et le New England College.

 

 

%d bloggers like this: