Pas de plan B pour l’avenir: Les TIC et la réalisation des ODD

nabarro 2Dès le début de ma carrière médicale, j’ai constaté que si des enfants et leurs mères tombaient malades, c’était principalement à cause de leurs conditions de vie. Ma conviction était faite: si on veut se mettre au service des autres dans notre monde, il faut privilégier leur développement socio-économique, tout en s’occupant de leurs problèmes de santé.

Les 17 Objectifs de développement durable (ODD) concilient les besoins des êtres humains et ceux de la planète, la nécessité d’une croissance économique durable et celle de la paix et des partenariats – conditions indispensables pour que notre monde ait un avenir.

Le nouveau Programme de développement, qui est universel et indivisible, ne doit exclure personne et doit remédier au problème de la fracture numérique, sans quoi nous ne parviendrons pas à atteindre notre objectif. Nous n’avons pas de plan B pour l’avenir.

Un rôle clé

La réalisation de ces objectifs suppose que tous soient connectés. Or, à l’heure actuelle, 40% des habitants de la planète ne le sont pas. Si rien n’est fait pour remédier à cette situation, la fracture numérique continuera à se creuser et fera de nombreux exclus: les pauvres, les habitants des zones rurales et/ou inaccessibles, ainsi qu’un nombre très élevé de femmes et de personnes handicapées.

Pour moi personnellement, le mandat et les activités de l’UIT sont au coeur de tous les ODD, et le monde compte sur cette organisation pour contribuer à veiller à ce que ces objectifs soient atteints, partout sur la planète.

Les ODD doivent être envisagés comme un programme dont les différents éléments sont reliés entre eux et auquel il convient de donner suite de manière à tenir compte des modes de fonctionnement de différents secteurs. Ainsi, l’UIT a récemment tenu une réunion conjointe avec l’OMS rassemblant des fonctionnaires de ministères de la santé et de ministères des technologies de l’information; de telles initiatives communes seront de plus en plus nécessaires, en particulier à l’échelle locale.

Ce que peut faire l’UIT

La technologie est un élément commun à tous les Objectifs de développement durable sans exception. Les TIC sont présentes dans des foyers et des communautés qui n’auraient sinon aucun contact avec l’extérieur; l’UIT peut contribuer à faire en sorte que nul ne soit laissé à l’écart. L’industrie du téléphone mobile a considérablement aidé à améliorer l’accès pour les victimes de crises humanitaires, par exemple.

L’UIT peut employer ses compétences et son réseau pour faire en sorte que les données servent à évaluer les progrès dans la réalisation de ces Objectifs, qu’il s’agisse de données sur les ménages, d’engagement individuel ou de mégadonnées. La révolution des données contribuera à la révolution du développement durable; grâce à elle, les ODD ne seront plus seulement un projet ambitieux, mais appelleront des mesures concrètes.

En quoi l’UIT peut-elle nous aider à adopter une approche universelle? Premièrement, parce que son travail est organisé de manière à conjuguer les trois éléments que sont la réglementation, la normalisation et le développement. Deuxièmement, parce qu’elle démontre, par ses actes et par sa gouvernance, qu’elle obtient des résultats. En effet, les membres de l’Union ne sont pas seulement des représentants des gouvernements, mais représentent aussi le secteur privé, la société civile, des établissements universitaires et des organisations internationales. L’UIT, qui a l’expérience concrète des initiatives multipartites, peut indiquer comment appliquer cette stratégie à l’ensemble des ODD.

Fondamentalement, les ODD ont à voir avec l’interconnexion de tous en vue d’accélérer les progrès de l’humanité. Ils concernent donc chacun d’entre nous et, à cet égard, chaque pays est en quelque sorte un pays en développement. L’amélioration de la connectivité profitera à tous. C’est pourquoi nous avons besoin de l’UIT et de ses partenaires.

Le Dr David Nabarro

nabarroDavid Nabarro est Conseiller spécial du Secrétaire général de l’ONU pour le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et les changements climatiques. Il collabore avec les gouvernements et d’autres parties prenantes afin de galvaniser les initiatives pour la mise en oeuvre du Programme 2030 et du Programme d’action pour le climat. Il supervise en outre des initiatives spéciales du Secrétaire général comme l’initiative “Toutes les femmes, tous les enfants”, l’initiative “Global Pulse” et le défi “Faim zéro”, ainsi que le Bureau des Nations Unies pour les partenariats. David Nabarro a plus de 30 ans d’expérience de la santé publique et de la nutrition et du développement à l’échelle nationale, régionale et mondiale. Il a occupé différents postes dans des organisations intergouvernementales, des universités, des gouvernements et des institutions du système des Nations Unies.

%d bloggers like this: