LA RADIO EST BIEN VIVANTE!

radio-alive-blogDavid Wood tient un blog sur l’avenir de la radio – sujet qui sera traité de manière approfondie dans le cadre d’une rubrique spéciale consacrée aux progrès du passage au numérique, dans la prochaine édition des Nouvelles de l’UIT.

Quelle est la “valeur” de la radio pour la société? Voilà une question à laquelle il semble impossible de répondre. Pourtant, dans le cadre d’une analyse des perspectives de la radiodiffusion audio numérique (DAB), j’avais demandé il y a une dizaine d’années à un groupe de consommateurs nationaux au Royaume‑Uni, à supposer qu’ils aient le choix entre l’un ou l’autre, s’ils préféreraient garder leur poste de radio ou leur voiture. Tous avaient répondu ne pas pouvoir se passer de leur radio, indispensable à leur vie quotidienne. Toutefois, je doute que les visiteurs du Salon de l’automobile qui s’est tenu récemment à Genève soient prêts à abandonner leur voiture, quel qu’en soit le prix. Evidemment, toutes les voitures ayant un autoradio, les consommateurs peuvent avoir les deux. Mais vous, que choisiriez-vous?

La radio et l’UIT sont des amis de longue date, qui vivent en bonne entente, comme on l’a constaté lors de la dernière Journée mondiale de la radio organisée en février 2015. Une série de présentations techniques a montré qu’il existe de nombreuses possibilités de développement de la radio à l’ère numérique. Une séance du soir a mis en avant le rôle clé de la radio dans la société.

J’apprécie beaucoup la simplicité de la radio, mais j’admets que l’idée d’intégrer un récepteur radio dans les smartphones et les tablettes me semble fort intéressante. Cela voudrait dire, d’une part, que les enfants et les personnes âgées pourront écouter des programmes radio en clair et avoir accès à une grande quantité de contenus supplémentaires dès lors que ces appareils seront enfin adaptés à leurs besoins et, d’autre part, que les applications – logiciels qui fonctionnent sur téléphone ou tablette – pourront gérer l’écoute des programmes de radio et en extraire des éléments à toutes sortes de fins récréatives, permettant ainsi aux jeunes, par exemple de faire les collages “mash-ups” qu’ils aiment tellement.

La Journée mondiale de la radio a été marquée par d’autres innovations prometteuses. Il nous est arrivé à tous, un jour ou l’autre, de ne pas avoir le temps d’écouter une émission jusqu’au bout. Avec les nouvelles techniques de radio adaptée aux besoins de chacun, l’auditeur peut choisir la durée du programme qu’il a le temps d’écouter. Chaque programme peut être scindé en plusieurs “objets”, que l’on peut manipuler pour les rallonger ou les raccourcir.

Il existe en outre des outils très intéressants pour aider les personnes handicapées à mieux profiter de la radio. On a ainsi pu assister à des démonstrations d’émissions de radio ayant subi un traitement pour que le débit de la parole semble être plus lent, même si, au total, la durée de l’émission reste identique.

Et ce n’est là qu’un début. Il ne fait aucun doute que la radio est une technique d’avenir, en particulier dans les pays en développement. La radio numérique à bord des voitures a été l’une des vedettes du récent Salon de l’automobile de Genève. Toutefois, il faut aussi envisager le revers de la médaille.

Lors de la Journée mondiale de la radio, François Rancy, Directeur du Bureau des radiocommunications de l’UIT, a rappelé que six milliards, ou presque, d’habitants de la planète peuvent écouter la radio, mais qu’un milliard de personnes n’y ont toujours pas accès. Il reste encore beaucoup à faire pour qu’elles puissent en bénéficier. Il a entièrement raison. Il suffit de remonter le temps jusqu’à la dernière décennie et de penser au projet Worldspace de Noah Samara. Le rêve de Noah était d’utiliser la radio numérique par satellite pour mettre l’éducation, les loisirs et l’information à la portée des pays en développement. Il m’a expliqué vouloir, fondamentalement, que les habitants de l’Afrique et de l’Inde puissent entendre des histoires – c’était une idée brillante. Malheureusement, Worldspace n’a pas obtenu le succès escompté, peut-être parce que les radios numériques nécessaires étaient trop chères pour le public ciblé. Quelqu’un serait‑il prêt aujourd’hui à prendre le relais? On a bien eu l’ordinateur portable à 100 dollars, pourquoi pas la radio numérique à 10 dollars?

DavidWoodDavid Wood est Consultant pour la technologie et l’innovation au siège de l’UER à Genève (Suisse). Il a auparavant présidé le Comité technique de l’Union mondiale de radiodiffusion, et a représenté l’Union mondiale de radiodiffusion et l’UER dans des instances internationales. Il préside actuellement le Groupe de travail 6C de l’UIT-R et plusieurs groupes du Projet DVB.

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: