Questions suscitées par l’arrivée de la voiture branchée de demain

Questions suscitées par l’arrivée de la voiture branchée de demain

imageLes systèmes de transport intelligents (ITS) et la conduite automatisée sont en passe d’être largement commercialisés et acceptés par le marché. L’automatisation très poussée – avant‑dernière étape avant la conduite entièrement automatisée – devrait apparaître sur les routes d’ici 2020, ouvrant ainsi de vastes perspectives à l’amélioration de la sécurité routière, à la diminution des encombrements et des émissions polluantes, et à l’élargissement de l’accès à la mobilité individuelle pour les personnes âgées et les personnes handicapées.

Le Colloque sur la voiture branchée de demain, organisé le 5 mars 2015 dans le cadre du Salon international de l’automobile de Genève, réunira des représentants de l’industrie automobile, du secteur des TIC, des gouvernements et des régulateurs et des associations automobiles internationales qui feront le point sur l’intégration actuelle et future des TIC dans les véhicules. Ce colloque est organisé par l’UIT en collaboration avec la Division des transports de la Commission économique des Nations Unies pour l’Europe (CEE).

En prévision de la mise sur le marché de véhicules connectés et extrêmement automatisés, il faudra répondre à toute une série de questions…

Le mode de vie connecté qui est désormais le nôtre gagne l’intérieur de nos voitures. Le consommateur veut, dans sa voiture, avoir accès à la société de l’information. La question est de savoir comment cela est réalisable sans compromettre la sécurité ni exacerber le risque d’inattention au volant.

Les voitures connectées communiqueront avec les autres véhicules, avec les infrastructures environnantes et avec les services d’urgence, entre autres. A long terme, la normalisation pourrait faire économiser aux constructeurs automobiles des milliards de dollars. Dans ce contexte, quelle serait la meilleure méthode pour faire participer tous les professionnels concernés à des tâches de normalisation technique, en toute liberté et impartialité?

Des données relatives aux habitudes de conduite et aux performances des voitures pourront être recueillies et communiquées en permanence. Il sera possible de télécharger des logiciels et applications dans les véhicules, comme sur un smartphone. Dans ces conditions, de quels mécanismes normalisés a-t-on besoin pour assurer la sécurité des données? Quel doit être le degré de confidentialité dans un monde où l’analyse de données en temps réel permet de repérer les pièces défectueuses suffisamment tôt pour que le véhicule soit rappelé avant même qu’un accident ne se produise?

L’automatisation est déjà une réalité. La technologie progresse à pas de géant et les régulateurs sont chargés d’élaborer une réglementation applicable dans le monde des véhicules fortement automatisés qui sera bientôt le nôtre. Le code de la route actuel impose au conducteur d’avoir en permanence le contrôle de son véhicule, mais qu’est-ce que cela veut dire à l’ère de l’automatisation? Les véhicules fortement automatisés circuleront-ils sur des voies différentes des autres? Surtout, et c’est sans doute la question la plus épineuse, qui assume, sur le plan de l’assurance, la responsabilité en cas d’accident lorsque la conduite est automatisée?

Le programme du Colloque sur la voiture branchée de demain réunira d’éminents spécialistes des systèmes de transport intelligents, qui poseront toutes ces questions, et bien d’autres encore, sous les angles économique, technique et juridique.

Le Colloque sera suivi d’une réunion ouverte de la Collaboration sur les normes de communication pour les systèmes ITS, qui se tiendra au siège de l’UIT à Genève, le 6 mars 2015 et qui sera l’occasion de traduire en mesures claires pour les années à venir certaines des recommandations émises par le Colloque à l’issue de ses délibérations.

imageChaesub Lee est Directeur du Bureau de la normalisation des télécommunications de l’UIT depuis son élection par la Conférence de plénipotentiaires de 2014 réunie à Busan, en République de Corée. Il a pris ses fonctions le 1er janvier 2015. M. Lee a été Vice-Président de la Commission d’études 13 de l’UIT-T (“Réseaux futurs et informatique en nuage”) de 2001 à 2008, avant d’en devenir le Président en 2009.

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: