Rapport sur l’évolution de la fracture numérique: bilan sur quinze ans

DD SG BLOGLes technologies de l’information et de la communication (TIC) ont joué un rôle moteur exceptionnel dans le développement mondial, ouvrant ainsi de vastes perspectives pour le développement socio-économique. Des milliards de personnes ont aujourd’hui accès aux TIC grâce aux progrès technologiques, au déploiement de l’infrastructure et à la baisse des prix.

Le secteur des TIC a enregistré une croissance spectaculaire ces 15 dernières années. Alors qu’on recensait 400 millions d’internautes dans le monde en 2000, on en dénombre aujourd’hui 3,2 milliards. On compte actuellement plus de 7 milliards d’abonnements au cellulaire mobile dans le monde, alors qu’il n’y en avait que 738 millions en 2000. En 2014, le prix des services large bande de base (fixes ou mobiles) correspondait à moins de 5% du revenu national brut (RNB) par habitant dans 111 pays, ce qui est conforme à l’objectif fixé par la Commission sur le large bande. L’innovation dans le domaine des TIC à l’intention des particuliers, qu’il s’agisse des ordinateurs portables ou des appareils mobiles, se poursuit d’année en année.

Ces nouvelles données témoignent non seulement des progrès technologiques rapides enregistrés à ce jour, mais nous aident aussi à identifier ceux qui sont laissés pour compte dans l’économie numérique en constante évolution, ainsi que les domaines où l’investissement dans les TIC est le plus nécessaire.

En effet, d’importantes disparités subsistent en ce qui concerne l’accès aux TIC; on recense 82% d’internautes dans les pays développés, contre 35% dans les pays en développement et 10% dans les PMA. Le prix du large bande de base (fixe ou mobile) représente plus de 20% du RNB moyen par habitant dans 22 pays.

Cette situation a d’importantes répercussions sur le développement socio‑économique dans le monde, compte tenu notamment du rôle que peuvent jouer les TIC en favorisant des gains d’efficacité et en offrant de nouvelles possibilités dans différents secteurs, comme les soins de santé, l’éducation, la finance et l’administration publique en ligne.

Un rapport publié en 2009 par le Forum économique mondial indiquait qu’aux Etats-Unis, chaque dollar investi dans le large bande (fixe et hertzien) devrait en rapporter dix et qu’amener les taux de pénétration du large bande sur les marchés émergents aux niveaux actuels de l’Europe occidentale pourrait entraîner une augmentation du PIB comprise entre 300 et 420 milliards USD et la création de 10 à 14 millions d’emplois. L’UIT, dans le cadre de la Commission “Le large bande au service du développement numérique“, préconise l’adoption de politiques en faveur du large bande universel, de mesures visant à en promouvoir l’accessibilité financière et la généralisation du large bande sur la base d’objectifs annuels.

Assurer un accès aux TIC joue également un rôle important pour combler le fossé numérique qui sépare les hommes et les femmes. Le nombre de femmes internautes est inférieur de 200 millions à celui des internautes hommes et, selon les prévisions, si rien n’est fait pour remédier à la situation, ce chiffre pourrait atteindre 350 millions dans quelques années, ce qui aurait de graves conséquences sur l’inclusion sociale, économique et politique des femmes et des jeunes filles. Pourtant, certains considèrent que le fait d’amener 600 millions de femmes et de jeunes filles supplémentaires à se connecter pourrait entraîner une hausse du PIB mondial, de l’ordre de 13 à 18 milliards USD.

Organisée à l’initiative de l’UIT, la Journée internationale des jeunes filles dans le secteur des TIC vise à favoriser l’inclusion des femmes et des jeunes filles en ligne en leur faisant davantage prendre conscience des immenses possibilités qu’offrent les TIC et à les inciter à envisager avec confiance des études et une carrière dans ce secteur. Les Etats Membres et les Membres des Secteurs de l’UIT sont encouragés à organiser des manifestations dans le cadre de cette Journée, qui a lieu chaque année le quatrième jeudi d’avril, afin d’encourager les jeunes filles et les jeunes femmes à envisager des études et une carrière dans le secteur en plein essor des TIC et de leur donner les moyens nécessaires à cette fin. Depuis 2011, la Journée internationale des jeunes filles dans le secteur des TIC a été célébrée dans 150 pays, et plus de 177 000 jeunes filles et jeunes femmes ont pris part à plus de 5 300 manifestations. Rien qu’en 2015, plus de 66 000 jeunes filles et jeunes femmes ont participé à plus de 1 800 manifestations dans plus de 130 pays.

L’une des cibles fixées par les dirigeants du monde entier à l’occasion du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) en 2005 était de connecter aux TIC tous les établissements d’enseignement primaire, secondaire et postsecondaire à l’horizon 2015. Consciente que les écoles connectées peuvent servir de points d’accès communautaire aux TIC pour les groupes défavorisés et vulnérables, notamment les femmes et les jeunes filles, l’UIT a lancé l’initiative “Connecter une école, connecter une communauté”, dans le cadre d’un partenariat public‑privé visant à promouvoir la connectivité Internet large bande dans les écoles des pays en développement partout dans le monde.

L’objectif est de faciliter l’accès des enfants et des jeunes scolarisés dans ces écoles connectées aux TIC les plus modernes. On mettrait ainsi à profit une formation générale reposant sur les TIC (lecture, écriture, calcul et notions de base en informatique) associée à une formation pour acquérir des compétences dans les domaines de la gestion et des TIC pour renforcer le développement socio‑économique de l’ensemble de la communauté. L’objectif de cette plate‑forme en ligne est de sensibiliser les responsables publics, les donateurs et les partenaires à la nécessité de mettre en place des politiques, des dispositions réglementaires et des pratiques concertées qui favorisent la connectivité dans les écoles, dans l’intérêt des communautés.

Les Membres de l’UIT, notamment les décideurs, les régulateurs et les fournisseurs de services, ont eux aussi un rôle important à jouer pour faire en sorte que les TIC dans leur pays soient accessibles pour les personnes handicapées et pour éliminer les obstacles empêchant l’accessibilité des TIC. Dans le monde, un milliard de personnes vivent avec une forme de handicap et nous sommes déterminés à accroître l’accessibilité des TIC. En effet, une personne qui ne peut voir un écran classique a besoin d’un moyen lui permettant de comprendre ce qui est sur l’écran, par exemple grâce à une fonction de synthèse vocale. Un utilisateur qui ne peut entendre une information a besoin d’un moyen lui permettant d’obtenir cette information, comme le sous-titrage à la télévision ou sur un téléphone mobile. De même, une personne qui n’est pas capable d’activer manuellement une fonction sur un dispositif TIC doit disposer d’une autre solution pour y parvenir.

L’UIT, qui a élaboré un kit pratique en ligne destiné à renforcer l’accessibilité, encourage activement ses membres à concevoir des politiques et des stratégies d’intégration de l’accessibilité numérique aux niveaux national, régional et international, conformément à l’article 9 de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées, aux termes duquel l’accès aux TIC fait partie intégrante des droits en matière d’accessibilité, au même titre que l’accès aux transports et à l’environnement physique. Les normes techniques élaborées par l’UIT permettent de garantir que les produits et services conformes à ces normes comprennent des fonctions d’accessibilité.

Pour réduire la fracture numérique qui se creuse de plus en plus, nous devons impérativement créer un environnement propice au développement des TIC en renforçant des fonctions complémentaires: investissement dans l’infrastructure, éducation et formation dans le domaine des TIC, mise en place de marchés concurrentiels, élaboration de politiques et de réglementations énergiques et mise au point d’applications et de contenus diversifiés. Ces activités seront de plus en plus importantes, étant donné que les TIC jouent un rôle déterminant dans la réalisation des objectifs de développement durable définis pour l’après-2015 alors que le monde évolue vers une société numérique.

La mission de l’UIT est de connecter le monde et de créer une société de l’information véritablement inclusive. Nous sommes déterminés à réduire la fracture numérique et à faire en sorte que les TIC continuent à jouer un rôle moteur dans la croissance et le développement durables.

Houlin Zhao

houlin-zhao

Houlin Zhao, élu Secrétaire général de l’UIT à la Conférence de plénipotentiaires de l’Union tenue en 2014 à Busan (République de Corée), a pris ses fonctions le 1er janvier 2015. M. Zhao avait été élu Vice‑Secrétaire général de l’UIT à la Conférence de plénipotentiaires d’Antalya (Turquie) en novembre 2006 et réélu pour un second mandat de quatre ans à la Conférence de plénipotentiaires de Guadalajara (Mexique) en octobre 2010. De 1999 à 2006, il a été Directeur du Bureau de la normalisation des télécommunications de l’UIT (TSB). Il a été élu pour la première fois à ce poste à la PP-98 tenue à Minneapolis (Etats‑Unis d’Amérique), et réélu pour un second mandat à la PP-02 tenue à Marrakech (Maroc). De 1986 à 1998, il a occupé les fonctions d’ingénieur/Conseiller au siège de l’UIT. M. Zhao est diplômé de l’Institut des postes et des télécommunications de l’Université de Nanjing et titulaire d’une maîtrise (MSc) en télématique de l’Université d’Essex au Royaume-Uni.

%d bloggers like this: