Attribuer des fréquences dans un monde qui change: retour sur la CMR-15

FOR RANCY BLOGLa Conférence mondiale des radiocommunications de 2015 (#WRC-15), qui s’est achevée la semaine dernière, a ouvert la voie à l’avenir des radiocommunications. Les décisions prises à la CMR-15 contribueront au développement harmonieux de tous les services de radiocommunication, y compris le large bande mobile, la transmission par satellite, la radiodiffusion télévisuelle, les services scientifiques et les services d’urgence. Les résultats de la Conférence rendront possible le déploiement de nouvelles technologies et la fourniture de services assurant une plus grande couverture à moindre coût, tels que l’Internet large bande, tout en protégeant les investissements, existants ou futurs, dans les services et les technologies qui ont déjà été mis en oeuvre et sont utilisés dans le monde entier.

La CMR-15 a été très constructive et les résultats des travaux effectués, qui ont porté sur un large éventail de questions importantes, seront profitables à tous. Cette Conférence a été l’aboutissement de quatre ans de préparation, pendant lesquels de nombreuses réunions ont été organisées et de longues études ont été menées. Plus de 3 300 délégués de plus de 160 pays se sont réunis à Genève pendant le mois de novembre, afin de trouver des solutions concernant un certain nombre de questions délicates et complexes et convenir d’un nouvel ensemble de dispositions réglementaires relatives à ces questions. Les Actes finals, signés le dernier jour de la Conférence par tous les pays participants, entreront en vigueur le 1er janvier 2017.

23367881705_6bbeb96610_z

Les principaux résultats de la Conférence mondiale des radiocommunications de 2015 sont notamment les suivants:

  • Plusieurs centaines de mégahertz supplémentaires ont été attribués pour le large bande mobile, ce qui permettra de disposer des fréquences additionnelles nécessaires pour le déploiement de la 4G et de la 5G, au moment et à l’endroit où elles seront nécessaires. Dans la plupart des cas, ces fréquences sont attribuées à l’échelle mondiale et serviront de ce fait l’intérêt de tous les pays. L’harmonisation mondiale permettra de réduire le coût de fabrication des équipements mobiles large bande, et par conséquent, contribuera à rendre le large bande plus abordable et accessible à tous.
  • Des fréquences ont également été attribuées pour le suivi des vols à l’échelle mondiale, pour suivre la position des avions dans le monde entier – décision qui a été prise à la suite de la disparition du vol MH370.
  • La CMR-15 a en outre permis à l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) de poursuivre l’élaboration de normes applicables aux aéronefs sans pilote, moyennant de nouvelles attributions de fréquences. La Conférence mondiale des radiocommunications de 2023 réexaminera cette question pour veiller à ce qu’un cadre stable soit établi pour le développement des aéronefs sans pilote.
  • La Conférence a décidé de faire un certain nombre de nouvelles attributions aux services par satellite, y compris pour les communications par satellite et l’exploration de la Terre par satellite, ce qui permettra d’améliorer la précision de l’exploration de la Terre, tant de ses ressources que de l’évolution du climat – question importante, s’il en est, à l’heure où la COP21 entame les négociations finales. Les dispositions réglementaires relatives aux satellites sont essentielles pour faire en sorte que tous les pays disposent d’un accès équitable et que les ressources soient utilisées de manière convenable et efficace.

 

 

  • L’ordre du jour préliminaire de la Conférence mondiale des radiocommunications de 2023 et l’ordre du jour de la Conférence de 2019 ont également été approuvés à la CMR-15. La CMR-19 examinera un certain nombre de questions, en particulier les attributions pour les applications large bande et mobiles dans des bandes de fréquences supérieures – à savoir au-dessus de 24 GHz. Dans ces bandes, la portée est moins importante que dans les bandes de fréquences actuellement utilisées, mais les largeurs de bande disponibles sont très importantes. Par conséquent, une plus grande quantité de spectre sera mise à disposition pour le large bande mobile suite aux décisions que devrait prendre la CMR-19. L’un des principaux défis concernant l’avenir de la gestion du spectre est la convergence entre les applications fixes et mobiles. Cette question sera également examinée à la CMR‑19.

Cet article a été rédigé à partir d’une interview de M. François Rancy sur les résultats de la CMR-15. Pour écouter la conversation dans sa totalité, cliquez ici.

François Rancy

rancyRancy a été élu en 2010 par la Conférence de plénipotentiaires de l’UIT (PP-10) au poste de Directeur du Bureau des radiocommunications (BR) de l’Union internationale des télécommunications, et a été réélu pour un second mandat en 2014 par la Conférence de plénipotentiaires de l’UIT (PP-14).En tant que Directeur, M. Rancy est chargé de diriger le Bureau des radiocommunications, qui organise et coordonne les travaux du Secteur des radiocommunications, lequel a pour objet d’assurer l’utilisation rationnelle, équitable, efficace et économique du spectre des fréquences radioélectriques et de l’orbite des satellites géostationnaires. Avant de prendre ses fonctions à l’UIT en janvier 2011, M. Rancy était en France Directeur général de l’Agence nationale des fréquences. Depuis 1995, M. Rancy a été Chef ou Chef adjoint de sa délégation nationale à de nombreuses conférences et réunions de l’UIT. M. Rancy est diplômé de l’Ecole polytechnique (1977) et de l’Ecole nationale supérieure des télécommunications (1979). 

 

%d bloggers like this: